Archives pour la catégorie 'Angoumois'

juin 17 2011

L’abri de la Chaire à Calvin

[ Voir le panorama ]
L’abri de la  Chaire à Calvin #1

[ Voir le panorama ]
L’abri de la  Chaire à Calvin #2

[ Voir le panorama ]
L’abri de la  Chaire à Calvin #3

Sur la commune de Mouthiers-sur-Boëme, à 15 km au sud d’Angoulême, l’abri préhistorique de la Chaire à Calvin, site classé monument historique, s’ouvre au pied d’une falaise calcaire longeant un petit ruisseau, le Gersac, affluent de la Boëme.
Il y a 15 000 ans, au Paléolithique supérieur, pendant la période Magdalénienne, cet abri a connu une intense occupation. Les hommes qui ont quelque temps habité ce lieu, ont signé de leur art la paroi en sculptant une succession d’animaux. Cette frise, découverte dans les années 1920 par Pierre DAVID, archéologue, est l’unique exemplaire toujours en place et accessible au public dans la région Poitou-Charentes.
Un abri préhistorique
L’abri doit son nom à une plate-forme aménagée dans la falaise et d’où, selon la tradition orale, Calvin aurait prêché la Réforme au début des années 1520. Les fouilles conduites par Pierre DAVID, puis Jean-Marc BOUVIER ont livré un matériel archéologique particulièrement riche et diversifié composé de silex taillés, d’armes et d’outils en bois de renne, d’éléments de parures, d’ossements animaliers, confirmant que la Chaire à Calvin était un site d’habitat. [ Source cg16 : www.cg16.fr ]

Mouthiers-sur-Boëme (16), 17 mai 2011

Laissez un 1er commentaire

mai 17 2011

Abbaye de La Couronne

Classé dans Angoumois, Eglises, abbayes

[ Voir le panorama ]
Abbaye de La Couronne #1

[ Voir le panorama ]
Abbaye de La Couronne #2

[ Voir le panorama ]
Abbaye de La Couronne #3

[ Voir le panorama ]
Abbaye de La Couronne #4

[ Voir le panorama ]
Abbaye de La Couronne #5

L’abbaye de La Couronne, site classé monument historique, aujourd’hui en ruine, est un ensemble monumental exceptionnel pour son architecture et son histoire relatée depuis ses origines par deux chroniques du XIIIe siècle et du XVIIe siècle. C’est dans la première moitié du XIIe siècle que le chapelain Lambert, aussi appelé “le bienheureux” (l’histoire veut que dans sa jeunesse, il se soit livré à la chasse et tué un dragon qui ravageait le pays) décide de réunir quelques prêtres pour se consacrer à la vie régulière et fonde la première abbaye de style roman.
La congrégation ne cesse de s’enrichir et à la fin du XIIe siècle, l’abbé Junius engage la construction d’une seconde abbaye. Les vestiges primitifs ne sont plus visibles aujourd’hui, détruits pour terminer l’implantation de la nouvelle église et des bâtiments conventuels.
Deux campagnes de construction se distinguent : la première témoigne de l’héritage roman au niveau des supports, des décors et de sculptures dans le transept, la chapelle et le chœur. La seconde est l’expression du gothique de l’ouest dit “Plantagenêt”. Suite à la guerre de Cent Ans, au XVe siècle, les deux travées occidentales de la nef et la façade furent reconstruites dans le style gothique flamboyant (XVe – XVIe). Vendus comme bien national après la Révolution, les vestiges de l’abbaye sont exploités comme carrière jusqu’à leur classement au titre des Monuments historiques en 1904.
[ Source cg16 : www.cg16.fr ]
La Couronne (16), 17 mai 2011

Laissez un 1er commentaire

mai 17 2011

La grotte du Placard

[ Voir le panorama ]
La grotte du Placard #1

[ Voir le panorama ]
La grotte du Placard #2

[ Voir le panorama ]
La grotte du Placard #3

Sur la commune de Vilhonneur, à 30 km à l’est d’Angoulême, la grotte du Placard, site classé monument historique, surplombe la vallée de la Tardoire.
Connue depuis 1864, la grotte voit défiler un grand nombre de préhistoriens charentais jusqu’au début du XXe siècle, la vidant d’une grande partie de ses dépôts archéologiques. La découverte en 1987 d’une palmure de renne portant sur chaque face une gravure de bovidé a incité la reprise des recherches par Louis Duport, puis Jean Clottes et Valérie Feruglio.
Il y a 20 000 ans, à l’époque Solutréenne, la grotte du Placard fut décorée de fines gravures animalières et de signes complexes désormais appelés “signe de type Placard”. Les figures animales ont un tracé simple et maîtrisé. Elles représentent principalement des chevaux. Contrairement aux signes et figures découverts à Pech-Merle ou Cougnac (Lot) dans des galeries obscures, ceux du Placard sont au cœur du lieu d’habitat.
Les œuvres pariétales solutréennes sont très rares et cette découverte est un apport essentiel pour l’étude de la culture du Paléolithique supérieur. [Source : Conseil général de la Charente - www.cg16.fr]

Vilhonneur (16), 17 mai 2011

Laissez un 1er commentaire

mar 13 2011

Chais Montaigne, Angoulême (16)

Classé dans Angoumois, Insolite

[ Voir le panorama ]
Chais Montaigne, Angoulême (16)

Autrefois occupé par les Docks de France, cet ensemble de bâtiments de 43.000 m2 s’étire sur quatre hectares. C’est sans doute la plus grosse friche industrielle d’Angoulême.

Angoulême (16), 13 mars 2011

Laissez un 1er commentaire

mar 06 2011

Église de Saint-Michel-d’Entraigues (16)

Classé dans Angoumois, Eglises, abbayes

[ Voir le panorama ]
Église de Saint-Michel-d'Entraigues (16)

L’église Saint-Michel d’Entraigues se singularise des autres édifices religieux par son ordonnance et son portail. Érigée au 12ème siècle, cette église romane, restaurée par Paul Abadie au 19ème siècle, possède un plan particulier formé d’une coupole et de huit absidioles.

Saint-Michel-d’Entraigues (16), 6 mars 2011

Laissez un 1er commentaire

mar 06 2011

Tanneries de Sireuil (16)

Classé dans Angoumois, Insolite

[ Voir le panorama ]
Tanneries de Sireuil (16)

À l’origine, le site a accueilli des activités métallurgiques dès le XVIIIe siècle : fonderie, aciérie puis tréfilerie. En 1898, Procop, fabricant de papier à La Couronne, y installe une mégisserie (tannage des peaux d’ovins, de caprins ou de vachettes destinées à l’industrie de la chaussure, de la ganterie ou de l’habillement), qui devient en 1923 la tannerie de Sireuil. Des ateliers de fabrication en shed sont construits entre 1926 et 1930, ainsi que le bâtiment frigorifique où étaient stockées les peaux. Le finissage s’effectuait aux étages.
En 1960, les tanneries de Sireuil employaient 400 à 500 personnes. Puis l’effectif était de 40 personnes en 1977. Les activités de la tannerie cessent en 1981.
Nous sommes ici au 4ème étage du magasin industriel.
En savoir plus : http://inventaire.poitou-charentes.fr/patind/pi/notice.php?id=IA16066405

Sireuil (16), 6 mars 2011

Laissez un 1er commentaire

juil 04 2010

Bâtiment Castro

Classé dans Angoumois

[ Voir le panorama ]
Bâtiment Castro

En 1984, Jack Lang, ministre de la Culture, annonce que, dans le cadre des grands travaux du président de la République François Mitterrand, un Centre national de la bande dessinée et de l’image (CNBDI) à Angoulême destiné à abriter un musée, mais aussi une médiathèque et un centre d’imagerie numérique va être construit. En 1985, l’équipe formée par Roland Castro et Jean Remond emporte le concours d’architectes. Le 1er janvier 2008, le CNBDI et la maison des auteurs se sont unis pour former la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, sous la forme d’un EPCC (établissement public de coopération culturelle).
Angoulême (16), dimanche 4 juillet 2010

Laissez un 1er commentaire

juil 04 2010

La passerelle de la Cité

Classé dans Angoumois

[ Voir le panorama ]
La passerelle de la Cité

La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image (la Cité) est un ensemble réparti sur trois sites : la maison des auteurs, sur les remparts de la ville, le bâtiment Castro en contrebas au bord de la Charente, et le nouveau musée de la bande dessinée, ouvert en juin 2009 dans les chais situés sur l’autre rive et reliés au bâtiment Castro par une nouvelle passerelle qui enjambe le fleuve.
Angoulême (16), dimanche 4 juillet 2010

Laissez un 1er commentaire

juil 04 2010

Statue de Corto Maltese

Classé dans Angoumois

[ Voir le panorama ]
Musée de la Bande dessinée

En arrière plan de la statue de Corto Maltese admirant les eaux de la Charente, on aperçoit la façade des bâtiments qui abritent le musée de la bande dessinée. Ce sont d’anciens chais rénovés par Magelis. Cette statue en bronze de Corto Maltese symbolise l’importance de la bande dessinée à Angoulême.
Le personnage de marin romantique au regard doré, créé en 1967 par l’Italien Hugo Pratt, a été statufié par deux sculpteurs, Livio Benedetti et son fils Luc, amis proches de l’auteur.
Angoulême (16), dimanche 4 juillet 2010

Laissez un 1er commentaire

juil 04 2010

Musée de la Bande dessinée

Classé dans Angoumois

[ Voir le panorama ]
Musée de la Bande dessinée

Le nouveau musée est composé d’une partie ancienne datant du milieu du XIXème siècle (les Chais proprement dits) et d’une partie moderne construite au début des années 2000. Les surfaces se déploient sur plus de 4000 m². Il est relié au batiment Castro par une passerelle qui traverse la Charente.
Angoulême (16), dimanche 4 juillet 2010

Laissez un 1er commentaire

juil 04 2010

La statue Carnot à Angoulême

Classé dans Angoumois, Petit patrimoine

[ Voir le panorama ]
La statue Carnot à Angoulême

Le monument Carnot commandé par le département fut réalisé par souscription et concours. Plus de 25 000 personnes ont assisté à l’inauguration, le dimanche 2 mai 1897. Au sommet du piédestal est placé le buste de l’ancien président de la République. A mi-hauteur, une Renommée aux ailes déployées dépose une palme et une branche d’olivier devant le buste. Au pied du monument, la France en deuil, assise, est représentée sous les traits d’une femme enfermée dans sa douleur.
Angoulême (16), dimanche 4 juillet 2010

Laissez un 1er commentaire

mai 15 2010

Église Saint-André d’Angoulême #2

Classé dans Angoumois, Eglises, abbayes

[ Voir le panorama ]
Église Saint-André d'Angoulême #2

L’église, située au coeur du quartier Saint-André a connu tous les aléas qui ont marqué ce quartier de configuration médiévale. Endommagé lors de la guerre de Cent ans puis des guerres de Religion, l’édifice fut restauré au XVIIè siècle. Le monument présente ainsi une architecture hétérogène : un vestibule roman, une nef et un choeur gothiques, une façade de style néoclassique.
Dans le square se trouvent les vestiges d’une cheminée provenant du palais Taillefer qui s’élevait en face du portail de l’église.

Angoulême (16) - Samedi 15 mai 2010

Laissez un 1er commentaire

Panoramas plus anciens »