// vous lisez...
 

Panoramas 360°

Dolmen de la Grosse Perrotte

Panorama

Une petite balade à Fontenille (16) m’a permis de mettre en pratique une technique destinée à résoudre un problème courant en panorama. Dans les sujets à fort contraste (écart de luminosité important entre le ciel et le reste de la composition, par exemple) il est difficile de se contenter d’une exposition moyenne. On risque de brûler les hautes lumières et de manquer de détails dans les zones sombres.

La solution est de prendre une série de photographies en faisant varier l’exposition entre chaque déclenchement. Ensuite, il faudra réunir toutes les photographies dans un logiciel comme Photoshop et conserver les zones parfaitement exposées. A noter que je n’utilise pas les processus automatisés de photos HDR (High Dynamic Range), je trouve les résultats parfois trop artificiels.

Dans le premier panorama je me suis installé à l’entrée du dolmen. Une grande partie de l’endroit était éclairée par le soleil mais l’intérieur de la chambre était particulièrement sombre.

  • utilisation d’un objectif 8mm, il me faudra 6 photos à assembler (4 + nadir + zénith).
  • à chaque direction j’ai pris 4 photos avec une vitesse d’exposition différente (progression de 1 IL). Soit au final 24 photos qu’il a fallu travailler dans Photoshop avant d’effectuer l’assemblage.
  • de plus un flash déporté avait été placé entre deux piliers de façon à éclairer l’intérieur de la chambre du dolmen.

Voir le panorama

Ce procédé est redoutable pour la plupart des panoramas d’intérieurs.
Exemples :
Echaugette du Fort Louvois
Intérieur d’un mobil home
Salle du château de la Roche-Courbon

Dans le deuxième panorama la technique est différente : j’ai réglé l’exposition sur l’extérieur et j’ai utilisé un flash cobra fixé sur le boitier. Soit 6 photos.
Deux “cibles” ont été intégrées dans l’image afin de localiser les particularités du lieu (des crochets énigmatiques et la gravure d’une hache).

Voir le panorama

En savoir plus

A l’ouest de Fontenille (16), on voit, posés au sommet d’un plateau deux des plus beaux dolmens du pays. La Petite et la Grosse Perrotte. Ils sont tous deux de type angoumoisin.
La table de la Grosse Perrotte est énorme ; épaisse en moyenne de 1m75, elle a plus de mètres de 5 mètres de long et presque autant de large. A l’intérieur de la chambre funéraire, on remarquera des crochets énigmatiques ainsi que la gravure d’une hache à champlevé.

Les commentaires sont clos.